Culture et Patrimoine

De tout temps, la région a été active et habitée. En témoignent les campagnes de fouilles qui ont eu lieu entre Sausseau et Marcilly. Le mobilier découvert dans un tumulus (parures de bronze, boutons, appliques ...) se trouve au Musée Archéologique de Dijon.

Région vallonnée, faite de bocages, traditionnellement tournée vers l’élevage, l’activité principale actuelle est constituée d’exploitations agricoles. Sur son plateau calcaire s’étend « La Montagne » où sont cultivées les céréales, complément de l’alimentation du bétail.

Les dernières statistiques démographiques publiées en 2012 font état d’une population de 206 personnes dont 198 habitants permanents.

Maisons et granges ont été bâties en pierres extraites de la carrière de la Montagne. Au village, les tailleurs de pierre étaient donc nombreux. On peut encore voir au-dessus d’une porte, non loin de la mairie, un linteau gravé en 1743 représentant les outils d’un compagnon. Les remarquables et imposantes granges à dîme au porche plein-cintre sont là également pour témoigner du savoir faire des maçons-tailleurs.

Linteau

Outre les tailleurs de pierre, on comptait des cultivateurs, charpentiers, menuisiers, couvreurs, sabotiers, tisserands, coquetiers, cafetiers, 2 meuniers, 1 vigneron, 1 charron, des cantonniers, gardes-champêtres, 1 huilier et 2 maréchaux-ferrants. Ces derniers étaient établis sur la route principale, non loin de la maison auberge-relais de poste aux chevaux, maison dont la façade s’honore au 1er étage de fenêtres moyenâgeuses. Il existe aussi une forge à Ogny, tout près du château. Encore « dans son jus » avec son soufflet et ses outils, elle est propriété privée et s’ouvre aux Journées du Patrimoine.

Du fait du rattachement d’Ogny à Marcilly, deux églises se remarquent sur la commune : L’église St Germain de Marcilly est de style roman. A défaut de documents précis, on peut penser qu’elle fut érigée entre le 13ème et 14ème siècle. Située au centre du bourg, dans l’enclos du cimetière, l’édifice est construit sur un terrain en pente ascendante du porche au chevet. Le magnifique autel qui habillait le chœur a disparu dans les années 60/70. Mais dans la nef, on peut encore admirer : l’autel dédié à St Germain et l’autel dédié à la Vierge, deux tableaux : Le Christ (XVIème) l’Assomption (XVIIIème), les Fonts Baptismaux, une Vierge à l’Enfant récemment restaurée. Dans le chœur, la statue du Christ enfant sur un globe du 18ème s., la statue d’un angelot du 19ème s., ainsi qu’une partie du Tabernacle provenant du retable du grand autel disparu.Vierge et l enfant

A remarquer à gauche de l’église, l’ancien presbytère. Le curé Cerdon fit construire l’édifice de 1771 à 1785 à l’emplacement d’un presbytère plus ancien. Vendu aux enchères en 1977 par la commune, il est actuellement propriété privée.

Presbytere

L’église St Guillaume d’Acquitaine à Ogny. Bâtie en 1702 au cœur du village, grâce à Héloïse de Saffres, elle a été érigée en cure en 1753. Entourée du cimetière, reconstruite en 1867 à la suite d’un incendie, elle est à vaisseau unique voûté en berceau, flanquée de deux chapelles latérales voûtées d’arêtes. L’autel de style rocaille est du XVIIIème et a conservé ses couleurs d’origine. Le retable du 18ème à trois travées était orné de trois tableaux qui ont disparu. Dans les chapelles, on peut admirer une statue de St Guillaume qui date du milieu du 18ème. et une statue de la Vierge.

Vers 1700/1750 il existait aussi une chapelle à Thorizeau, construite par le Seigneur d’Ogny, Guillaume Savot. Ruinée, elle fut transformée en ferme. Subsistent encore de belles lucarnes à encorbellement et une pierre bénitier.

Autres particularités remarquables :                                                                                              Le Moulin Genot : vraisemblablement bâti au milieu du 19ème s. (à l’intérieur un graffiti mentionne la date du 5 novembre 1863). Le moulin a cessé de fonctionner vers 1965. Rénové par ses propriétaires on peut y louer une chambre d’hôtes.

A noter au croisement du Moulin Genot, le long de la route Saulieu/Pouilly, l’ancienne petite gare construite vers 1920.

La ligne de chemin de fer installée vers 1905/1910 le long de la route Saulieu/Dijon n’a jamais fonctionné! 

A Collonges, la grange à dîme, la porte du Moyen-Age, une croix monumentale, et la meule, vestige de l’ancien moulin à huile, qui était mue par un cheval.

Le Château d’Ogny. Dès le début du 14ème s. une maison forte est citée à Ogny. En 1620, Vincent Robelin, Président du Parlement de Bourgogne, fait reconstruire le château hérité de Bernard de Colombier. En 1845, sur le plan cadastral, seules subsistaient quatre tours aux angles d’une plate-forme rectangulaire. Cette bâtisse, propriété privée à présent, a été récemment restaurée de belle manière en lui redonnant les volumes perdus lors des différentes transformations. 

La ferme du château et son colombier. Isolée à l’extrémité d’un chemin privé, elle date du 17ème et dépendait du château. Sans doute contemporaine de la reconstruction de ce dernier en 1620, elle a été remaniée aux 19ème et 20ème s.

Les Croix monumentales, de chemin ou de cimetière.

Les puits, de forme carrée, faits de grandes dalles de pierre du pays. Pour puiser l’eau, il fallait basculer un long tronc d’arbre au bout duquel étaient suspendus, d’un côté un seau, de l’autre, une énorme pierre qui servait de contrepoids. A La Croix, il en existe encore un.

Les pigeonniers. Au nombre de 7 dans le village, ils se distinguent des colombiers par leur forme carrée. 

La Mairie-Ecole. En 1868, l’école mixte accueillait 120 élèves durant l’hiver. A partir d’avril, ils étaient moins nombreux, les parents ayant besoin d’eux pour les travaux des champs. La Mairie-Ecole des garçons a été construite en1871/1872 ; l’école des filles se trouvait non loin de la maison auberge-relais de poste aux chevaux. Aujourd'hui la commune de Marcilly-Ogny s’est associée aux communes d’Arconcey, Beurey-Bauguay, Missery et Mont-Saint-Jean pour former un Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI).

Haut de page